Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 17:26

                La main de Leïla est une pièce de deux jeunes auteurs qui en sont aussi acteurs : Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker.

L’action se joue en Algérie en 1987. Leïla et Samir se sont rencontrés dans un cinéma clandestin qui se propose de raconter les scènes de baiser censurées par le pouvoir –avec une préférence pour Casablanca .Leur amour aussi est clandestin.
Amour, politique, cinéma, poids de la famille et des traditions sans oublier une bonne dose d’humour font de cette pièce une œuvre à multiples facettes. On y voit le récit d’un amour mais aussi une évocation de l’histoire de l’Algérie – sans oublier une interrogation sur notre actualité. Fuir ou résister ? telle est la question.
La pièce se joue au théâtre des Béliers parisiens au 14 bis rue Sainte Issaure dans le 18è arrondissement avec une offre de lancement du 23/09 au 14/10 (18 euros au lieu de 30 euros)

Réservation au 01 42 62 35 00.

Avis aux amateurs !

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur Nous avons aimé
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 15:43

                               L’été est toujours la saison où l’on nous invite à « relire nos classiques ». Pour ma part, j’ai découvert bien tardivement deux classiques : Rebecca de Daphné du Maurier et Les raisins de la colère de J.Steinbeck.Pour l’un comme pour l’autre, je n’avais heureusement pas vu les adaptations cinématographiques.
Pour Rebecca, mon avis a été mitigé au début. On compatit avec la narratrice innocente, naïve, mal adaptée au milieu de son mari Maxime de Winter…Quoi ! Il faudrait que ça avance un peu plus vite, qu’elle se débarrasse de sa gouvernante cassante, lui vantant sans cesse les mérites de la première Mme de Winter ou qu’elle se décide à « donner un coup de pied dans la fourmilière ».Puis tout bascule et toutes les certitudes de la jeune femme ainsi que les nôtres volent en éclats. On se demande sans cesse qui est qui. Quel rôle joue chacun ? Quel secret dissimule-t-il ? Que sait-il ? Sait-il tout ? Et ce sont ces questions posées dans l’huis-clos étouffant de Manderley qui tiennent le lecteur en haleine dans un climat d’angoisse et de surprise permanente.

Les raisins de la colère, ensuite. L’exposition du photographe Walker Evans m’a incitée à en faire la lecture. Ces séries de boutiques, de maisons vues le long des routes des Etats Unis, de portraits de métayers au visage buriné, aux yeux clairs qui nous toisent étaient un appel à se plonger dans cette longue épopée. On y suit la famille Joad, petits fermiers chassés de leur terre par de  gros exploitants agricoles  en route pour la Californie, ce pays de cocagne où les arbres croulent sous leurs fruits et où l’on est sûr de trouver du travail. En chemin  décès, désillusions, solidarité, séparations, misère, ennuis techniques, humiliations, humbles repas les attendent  pour arriver au but où rien de ce qui aura été rêvé ne va se réaliser. A nouveau, ils trouvent la misère, connaissent le chômage puis des payes misérables suffisant à peine à manger. Tous les rouages des grandes exploitations sont mis à nu et dénoncés : spéculation sur le nombre de chômeurs pour faire baisser les salaires, haine des « rouges » allant jusqu’à la suppression du meneur de grève. Là aussi, mon avis a été mitigé au début : trop de dialogue, une mise en train que je jugeais trop lente. Et puis comme une symphonie, tout prend  progressivement de l’ampleur pour aboutir à une fin édifiante. On quitte alors  à regret la famille Joad et surtout  Man la mère, véritable pilier qui rassemble, sauve et aime tout son monde.
C’est un message d’espoir de voir ces misérables malmenés par toutes les humiliations, toutes les tempêtes résister, s’organiser et vivre dans une dignité et une noblesse qu’on leur envie.

 

Rebecca, Daphné du Maurier

Livre de Poche

Prix : 8,30 euros

978-2253067986

 

Les raisins de la colère, John Steinbeck

Gallimard, Folio

Prix : 9,80 euros

978-2070360833

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 12:08

Juillet, août : l’été, le repos, les vacances et les livres :
au soleil, sur la plage, dans une chaise longue ou dans la fraîcheur d’une
maison, les lectures d’été nous laissent des souvenirs particuliers. On a le
temps de les savourer dans le silence et le rythme lent de longues
journées.

Quand le
soleil aura donné tout son jus et que l’été tournera à sa fin, nous nous
retrouverons.
Nous vous
rappelons notre traditionnelle « rentrée littéraire » le
vendredi 29 septembre prochain . Elle aura lieu  à partir de  19 heures  à la salle Ravel de Chevrières .Autour
d’un léger repas, nous dévoilerons nos découvertes !

Vous pouvez
dès maintenant réserver votre place par courrier postal, électronique ou par
téléphone.

Venez nombreux !

 

Prénom :
……………………………………………Nom : …………………………………………………….

 

Adresse :……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Mél :
…………………………………………………………..

Téléphone : ………………………………………………..

assistera à
notre 6ème rentrée littéraire le  29 septembre 2017 accompagné(e)
de :

Prénom :
…………………………………………………Nom …………………………………………………………………………………..

Adresse :…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Ci-joint un
chèque de ………. X 15 euros à libeller à l’ordre de Graines de Mots.

A renvoyer à

Graines de
Mots

435 rue de
Beauvais

60 710    Chevrières

03 44 41 18
97 /06 87 44 52 44

graines.de.mots.60@gmail.com

 


 

 

Repost 0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 17:59

Editions Flammarion / 480 pages / 21 euros.

Le commissaire ADAMSBERG est le héros des romans de Fred Vargas. Il faut accepter son univers particulier et n'être pas trop regardant sur la vraisemblance des situations, car ce sont les mots qui font le charme du roman.

Ainsi dès le titre, l'ambivalence est au rendez-vous, " Quand sort la recluse" : s'agit-il d'une araignée tueuse responsable de la mort de trois vieillards ou d'une cloîtrée volontaire ?

Le dénouement de l'intrigue n'est en définitif pas très important. Ce qui fait avancer l'enquête, ce sont les mots, les idées et les images qui y sont associés au fil d'une logique singulière à laquelle ADAMSBERG /Vargas est familier.

On apprend beaucoup de choses sur les animaux dans ce roman, notamment les insectes.Toute la malice de l'auteure est d'en faire une transposition empreinte de poésie noire, du monde des humains.

L'intrigue :

ADAMSBERG et sa brigade enquêtent sur le meurtre d'une femme renversée par un 4x4 , quand l'attention du commissaire est attirée par des recherches faites par l'inspecteur VOISENET au sujet des décès récents par morsure d'araignée recluse, morsure qui habituellement nécrose les chairs mais ne tue pas.

A partir de là, ADAMSBERG ne peut s'empêcher de penser aux araignées et prend rendez-vous avec un arachnologue amateur. Elle lui révèle que deux des victimes venait d'un orphelinat.

Coup de coeur de Yannick

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 17:42

Livre de la rentrée littéraire, publié en août aux éditions Cherche-midi, est le dernier roman de Valère Staraselski.

C'est un livre court et puissant.

Un groupe de jeunes, en séjour à Cracovie; visite la ville avec la désinvolture et la gaieté qui caractérisent cet âge. Peu à peu, au cours de leurs sorties hors circuits touristiques, ils découvrent des traces de la guerre 39/45. Bientôt, leur insouciance va être ébranlée. En effet, au musée d'histoire de la ville, ils rencontrent un vieillard étrange. Celui-ci est en contemplation devant un tableau intitulé " Le parlement des cigognes". Rescapé du massacre des juifs en Pologne, ce vieil homme se met à leur parler de la chasse aux juifs qu'il a vécue. Son récit nous plonge dans l'horreur ! Il ne faut pas oublier ce dont des hommes ont été capables ! Seule la nature est source d'espoir.

 

Coup de coeur de Michèle

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 17:33

Dans ce livre, Corinne Lepage dit tout haut ce que d'autres n'osent pas dire tout bas. Pour elle,  l'action citoyenne   et l'engagement politique ne font qu'un. C'est vrai : je partage.

Pour comprendre le citoyen , il faut pouvoir se mettre à sa place et même savoir vivre à sa place. Il y a tant de situations à comprendre. Malheureusement, peu de politiciens osent réellement le faire. Le ministre n'échangera jamais sa place à l'Elysée contre une place dans un bateau de migrants, même une journée, ai-je pensé à la lecture de ce livre.

Corinne Lepage parle de la délinquance politique et de la corruption qui règnent en maîtres dans ce milieu où l'argent a le pouvoir absolu depuis plusieurs décennies. Elle veut recréer la " marque France" et a pour objectif une politique positive. Corinne Lepage est une femme de coeur et de combat. 

Ce livre apporte un espoir et une sécurité à tous ceux qui souhaitent un monde meilleur pour les femmes et les enfants. 

Editions Autrement

Coup de coeur de Rafaelle

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 12:24

Un chat errant a adopté pour dormir le capot chaud d’un monospace dans un parking de Tokyo. Ce chat, qui comprend et parle le langage des humains, nous raconte sa vie et notamment comment Satoru, le propriétaire du monospace l’approche peu à peu. Victime d’un accident, le chat appelle à l’aide et le voilà soigné et adopté par Satoru. Cinq ans plus tard le chat raconte les nombreux efforts de Satoru pour lui trouver de nouveaux maîtres, car il est dans l’obligation de le faire adopter. C’est alors l’occasion pour Satoru et Mana (Mana c’est Sept en japonais car ce chat a la queue courbée en forme de 7…) de voyager au travers du Japon, toujours en monospace, de retrouver les amis d’enfance, puis de collège ou d’université de Satoru et de découvrir peu à peu toute la vie, semée d’embûches,  de Satoru. Un très joli roman, plein d’humour et d’émotions, qui nous aide à comprendre la société japonaise, les relations familiales, notamment celles entre parents et enfants bien loin de nos traditions européennes…

 

Coup de cour de Chantal P. Sacy-le-Petit saison été

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 11:49

L’année 1905 fut une année riche. Elle

accueillit la mutinerie du cuirassé Potemkine, les créations de Pélléas et Mélisande de Schönberg, de la mer de Debussy, du Partage de midi de Paul Claudel, du garçon à la pipe de Picasso, et la publication par Freud de trois essais sur la théorie sexuelle.

Mais dans le domaine des sciences, 1905 fut carrément l’année miraculeuse. Pourtant la notion de miracle n’a rien a voir avec le domaine scientifique mais il ny a pas d’autre mot pour caractériser ce bouleversement.

Un homme encore jeune (26 ans ) rédige et publie en l’espace de quelques mois cinq articles qui vont bouleverser le monde  et remettre en cause  les fondements de la physique.

Contrairement à une légende, le jeune Albert n’était ni un cancre,ni un marginal, mais un élève surdoué.

 

Mal à l’aise dans l’ambiance étouffante de son lycée munichois, il décide, à 16 ans, de rejoindre sa famille, installée depuis 1894 à Milan et de travailler seul. Il n’aimait pas la discipline, il ne l’a jamais aimée ni supportée. A Milan son premier geste : abandonner la nationalité allemande, et, en même temps, renoncer à toute appartenance religieuse. Apatride et athée !!!

La famille Einstein était une famille d’entrepreneurs riches et cultivés, prospérant sur le nouveau marché de l’équipement électrique. Jacob, l’oncle, et, Hermann, le père, déposaient des brevets, fabriquaient des dynamos, des alternateurs, des lampes différentielles et assuraient l’éclairage électrique d’une quinzaine de villes italiennes.

Sa famille et ses amis se mobilisèrent pour le faire entrer à l’Ecole Polytechnique de Zurich en 1896. Sans briller dans ses études, il obtiendra son diplôme en 1900.

C’est alors que se construisit à Berne, au calme, entre brevets, rêverie, soirées musicales et bavardages un univers radicalement neuf. Au terma d’un cheminement dont l’inspiration et le déroulé précis demeure mystérieux, Albert Einstein qui n’appartenait pas au sérail universitaire, ni à aucune académie officielle, rédigea ces cinq articles extraordinaires.

 

 

 

 

 

 

Dans le cas du jeune Einstein, comment cela s’est-il passé ?

 

Ce livre de Christian Bracco, historien des sciences, maître de con- férences et chercheur raconte de façon minutieuse cette période de formation, cette maturation qui aboutit à « l’année miraculeuse » et à la nouvelle physique

 

Joël Leroy

 

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 18:57

Ned, un adolescent, perd sa mère et son père , peu de temps après , se suicide. Ned quitte Chicago avec la voiture de son père et un appareil photo. Il travaille chez les riches , essuyant des humiliations. Une expédition s'organise pour aller délivrer un petit mexicain enlevé par les Apaches. Ned se fait embaucher  comme journaliste photographe pour couvrir l'évènement. Un chasseur et tueur de pumas capture une petite sauvageonne indienne. Elle est enfermée dans une prison où les habitants viennent la voir comme une bête de cirque. Ned fait des clichés et s'en occupe, la lave , la désaltère quand elle se laisse mourir de faim. Des volontaires, dont deux apaches convertis vivants dans des réserves se proposent de la ramener chez les siens. Ned tient un journal de bord et narre l'aventure. On découvre le choc des cultures, les exactions des deux camps. L'expédition ne se déroule pas comme on l'aurait souhaité . Heureusement des passages de tendresse, d'amour , tempèrent  le roman.

Coup de coeur de Maryse

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 18:40

Un livre d'été qui apporte légèreté et sourire. Romane tente de faire évoluer les êtres qui pensent qu'eux seuls détiennent la vérité : hommes ou femmes , tous, ont ce travers désagréable pour leur entourage. Quelques clés sont données qui serviront à tous et à toutes : attention à notre comportement et à nos agissements avec les autres. C'est agréable à lire, c'est drôle : quelques moments d'émotion. J'aime les chapitres courts qui donnent du rythme au roman.

 

Coup de coeur de Maryse

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article