Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 22:10

Une-pincee-de-terre-et-de-mer-copie-2.jpgSaba et Mahtab sont jumelles, elles vivent à Cheshmeh , en Iran, dans une famille aisée. Elles sont séparées à l’âge de 9 ans et Saba reste , seule avec son père dans son village. On plonge dans la vie des femmes du nord de l’Iran, Iran avant et après la révolution.

Saba est une rêveuse brisée au cœur plein de cicatrices. Son père lui dit que sa sœur est morte mais elle ne le croit pas et invente une vie à Mahtab et à sa mère , disparue elle aussi, en Amérique. Au fil des pages, on apprend des mots iraniens, des coutumes villageoises , les brimades contre les femmes, les interdits, les rites, les différences, les conteuses qui embrouillent les esprits, les discussions interminables sur les mariages arrangés, les viols, les pendaisons, les rituels de la mort, mais aussi on respire les odeurs du pays, on goûte les pâtisseries sucrées, on fume l’opium ou l’herbe en cachette, on lit les livres bannis. On marie Saba avec un vieil riche. Elle apprend à maîtriser ses émotions et se jure de chasser désormais de son cœur tout désir inutile. L’amitié profonde de ses deux amis parcourt ce récit, amitié ? amour ? tout est flou et fou . Il y a aussi la douleur profonde d’un homme qui perd sa vieille femme et qui souhaite mourir avec elle . Saba confectionne des sucreries en grande quantité qui en tapissant de douceurs la bouche des voisins vont les inciter à prier pour l’âme de la défunte. Elle va quitter l’ Iran pour vivre son indépendance ailleurs mais promet à son père de revenir un jour ; Elle devient journaliste et devient une conteuse privée du droit de mentir mais libre de dire toute la vérité.

 

Titre : Une pincée de terre et de mer

Auteur :  Dina Nayeri

Editeur : le livre de poche

574 pages

Prix : 7,60 euros.



Coup de coeur de Maryse

 

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 20:23

Le grand coeurS’inspirant des Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, Jean-Christophe Rufin imagine les confessions de Jacques Cœur avec pour désir de « libérer un homme bien vivant ».Et de fait, on découvre dans ce roman passionnant un homme aux multiples facettes : enfant rêveur, homme d’affaires exceptionnel, fin observateur du monde. Ce roman nous fait aussi revivre une page d’histoire : la fin de la guerre de cent ans, le règne de Charles VII et le début de la Renaissance. Par delà les « ingrédients » d’un beau roman historique – avec  voyages, aventures, amours, trahisons et coups de théâtre, Jean-Christophe Rufin nous fait voir une époque charnière où les valeurs de la noblesse s’effondrent au profit du commerce, de l’échange et de l’argent, favorisant entre autres l’éclosion de nouveaux artistes.
Nous sommes ainsi amenés à réfléchir à notre époque tout aussi bouleversée et chaotique que ces dernières années du Moyen-âge.

Titre : Le grand Cœur

Auteur : Jean-Christophe Ruffin

Edition : Gallimard Folio

EAN : 9782070456145

Pris : 8,40 euros

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 20:58

 

Nympheas-noirs.jpgUn corps noyé à Giverny. Neptune, le chien du village. Quelques mots sur une carte postale. Extraits d’un poème d’ Aragon. Fanette, la fillette douée en peinture qui veut gagner le concours. Son ami, Paul, qu’elle aime. Le vieux peintre américain , James, qui l’encourage. Vincent, le copain bizarre. Une institutrice mélancolique. Un inspecteur , branché Art, amoureux. Un mari jaloux. Une vieille en noir qu’on oublie.

Et Monet ,son génie,son jardin, ses toiles et ses nymphéas. Peindre : Observer et imaginer. Un roman haletant, troublant, surprenant. Je suis conquise. Vous serez conquis.” A jamais, pour toujours”.

 

Titre : Nymphéas noirs

Auteur : Michel Bussi 

Editions : Pocket

493 pages 

Prix : 7,70 euros

  

 Coup de coeur de Maryse

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 08:24
  Agostino d'alberto Moravia par Pascal Dans ce court roman initiatique, écrit en 1941 et censuré par le 
 régime fasciste, Moravia aborde un thème récurrent dans son oeuvre : la 
 confrontation d'un individu à la société dans laquelle il vit, à sa 
 classe sociale, à ses pulsions et au dur chemin qui mène à la liberté 
 d'être soi-même. 
  Agostino, un jeune bourgeois de treize ans, passe ses vacances en 
 bord de mer ; délaissé par sa mère, veuve, qui se laisse séduire par un 
 jeune homme, il se lie avec une bande de jeunes d'origine populaire ; en 
 dépit d'efforts désespérés pour s'y intégrer, il reste un étranger dont 
 on se moque, dont on profite...: "Il sentait douloureusement qu'il 
 n'était pas non plus pareil aux garçons de la bande. Trop de délicatesse 
 lui restait ; s'il avait été semblable à eux, pensait-il parfois, il 
 n'aurait pas autant souffert de leurs grossièretés, de leur rudesse, de 
 leur bêtise. Et il avait ainsi perdu sa condition primitive sans pour 
 cela avoir pu en acquérir une autre". 
  Il se trouve également confronté au "problème" de la sexualité ; 
 considérant sa mère non plus comme telle mais comme une femme, il doit 
 subir et rejette les sollicitations homosexuelles d'un membre plus agé 
 de la bande ; et pour finir, il se rend dans une maison close pour 
 prouver à ses nouveaux camarades qu'il est bien dans la norme 
 hétérosexuelle. Quelle orientation choisira Agostino ? Le roman ne le 
 dit pas. 
   
 Titre : Agostino 
 Auteur : Alberto Moravia 
 Editeur : Flammarion 
 ISBN : 9782080703965 
 Prix : 5,11 euros 
 Coup de coeur de Pascal 
Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 08:07

Moment d'un coupleUn homme : deux femmes : histoire banale. Il ne sait pas choisir. Il plonge sa femme dans une médiocrité qu’elle ne mérite pas. Combat de ces deux amoureuses pour cet homme qui ne prend pas l’initiative de la rupture ni avec l’une ni avec l’autre. Un cauchemar pour elles. Lutte de ces deux femelles qui deviennent dangereuses, qui ont la rage et l’énergie du désespoir. Lui , ignore la culpabilité et les regrets. La vérité pleine et entière entre deux êtres est-elle la seule chance de s’en sortir ? L’amour rendrait-il fou ? Tous les couples sont des mystères. La brutalité du désir est-elle plus importante que le plaisir ?

 

Titre : Moment d’un couple

Auteur : Nelly Alard

Editeur : Gallimard

376 pages

Prix : 20 euros

Prix intéralié 2013

 

Coup de coeur de Maryse

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 07:41

La fiancée des corbeauxAu cours d’une visite de Manosque, une cousine m’a fait découvrir René Frégni. Ses livres accueillent le client de la librairie « Au poivre d’âne » avec ceux  de Pierre Magnan et Jean Giono.
Cette œuvre est le journal tenu par l’écrivain d’octobre à  juin d’une de ces dernières années. L’ombre de trois femmes plane  sur ces pages : la fille partie étudier au loin, la mère aimante morte depuis longtemps et Isabelle, « la fiancée des corbeaux » dont l’auteur va parfois « garder » le vieux père malade.
Ce livre est un hommage vibrant à l’amour, à l’amitié, à  la nature provençale dont René Frégni observe les moindres détails et surtout aux mots, lus, écrits et tant aimés.

Il y a beaucoup de raisons de lire ce livre – avant  d’aller en Provence, pour se consoler d’en être revenu ou tout simplement pour écouter une voix sincère nous parler du plus important.

Titre : La fiancée des corbeaux

Auteur : René FREGNI

Edition : Gallimard, Folio

ISBN : 9782070448289

Prix : 6,20 euros

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 07:34

N'oublie pas les oiseauxMusique particulière que l’amour ! Espoir d’un être à croiser. On ne fait jamais de plan en amour. C’est attendre longtemps, tapie dans les recoins d’un lieu pour que, soudain, surgisse l’improbable. Et, un jour, avancer ensemble, à découvert, entrer dans la lumière rassurante et grisante du “deux”. Puis le rêve fort d’avoir un enfant.La dépression éloigne, punit et bannit l’autre. Scènes d’aveux d’infidélité : rupture, déchirement, cris, larmes, maladie, l’adieu. Jolie écriture : du vécu . Qui ferait aussi ce choix de vie et d’amour ?

 

Titre : N’oublie pas les oiseaux

Auteur : Murielle Magellan

Editeur : Julliard

345 pages

Prix : 21 euros

 

Coup de coeur de Maryse

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 15:23

Autour-de-monuments-aux-morts-pacifistes.jpg    Danielle et Pierre Roy, les deux auteurs, sont membres de la Fédération Nationale Laïque des Monuments Pacifistes, fondée le 14 juillet 1994, sous l'égide de la Libre Pensée ; ils sont pacifistes et internationalistes, convaincus que les guerres ne se mènent jamais dans l'intérêt des peuples mais toujours dans celui des puissants de ce monde ; ils sont aussi convaincus que pour lutter contre les guerres d'aujourd'hui, il faut  garder la mémoire de celles d'hier et de leurs causes.
    S'appuyant sur un travail historique dans les archives des municipalités concernées...ils ont recensé une centaine de monuments aux morts pacifistes, souvent érigés à la suite d'un conflit entre la mairie et le préfet ; ce qui est très peu si l'on songe aux 36000 communes françaises. Ils les opposent à l'immense majorité qu'ils qualifient d'Union Sacrée et qui comportent des traces de chauvinisme, d'esprit de revanche, une exaltation de l'esprit guerrier...
    Ils en donnent une typologie précise : il y a ceux qui maudissent la guerre, par exemple celui de Gentioux, dans la Creuse-un écolier, bras tendu et poing serré désigne l'inscription "Maudite soit la guerre" ; ceux qui déclarent la guerre à la guerre ; ceux à l'intention antimilitariste ; ceux qui en appellent à la fraternité entre les peuples, par exemple celui de Strasbourg-une femme, allégorie de la ville a à ses pieds ses deux fils, l'un regardant vers la France et l'autre vers l'Allemagne ; ceux qui condamne la guerre, par exemple celui, récent, de Saint-Appolinaire, dans le Rhône, et sur lequel figure une citation de Paul Valéry : "la guerre est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas" ; ceux qui prônent le souvenir pour que le passé serve de leçon ; ceux qui rendent hommage aux victimes ; ceux qui se prononcent pour la paix, par exemple celui de Creil-une statue allégorique de la paix sur un socle portant l'inscription : "La paix se révélant à l'Humanité"-inaugurée en 1926 par le maire socialiste Jules Uhry.
    Ils disent aussi toute l'ambiguité de certains monuments, tels celui de Péronne, de 1926, et dont il est bien difficile de dire s'il est pacifiste ou pas : la femme, censée être une Picarde, brandit-elle le poing contre la guerre ou contre l'ennemi ?
    Une place est également faite à des édifices pacifistes qui ne sont pas des monuments aux morts ; comme à la stèle de Vingré, entre Soissons et Compiègne, datant de 1925 et qui rappelle la fusillade pour l'exemple de six soldats en décembre 1914 ; mais aussi au monument Jaurès à Dole, de 1924, et qui porte comme inscriptions des citations de Jaurès lui-même : "J'ose dire avec des millions d'hommes que la grande paix humaine est possible", "le capitalisme, c'est la guerre"...
    Bref, il s'agit d'un livre qui est une véritable mine pour qui considère que commémorer la guerre de 1914-1918 n'a de sens que si on la dénonce et en dévoile les véritables causes.

Editeur : Fédération Nationale Laïque des Associations des Amis des Monuments pacifistes, républicains et Anticléricaux
ISBN : 9782951886780
 Prix : 20 euros

 

Coup de coeur de Pascal

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 20:17

Au-coeur-de-la-grande-guerre.jpg    L'auteur, Jean-François Jagielski, est enseignant dans l'Aisne et historien scrupuleux de la Grande Guerre dans sa région : il explore de façon méthodique et critique les documents historiques à sa disposition. Il est membre du CRID14-18 (collectif de recherche international et de débat sur la guerre 14-18) et à ce titre travaille avec d'autres historiens réputés (André Loez, Nicolas Offenstadt).
    Ce livre a pour cadre géographique une partie du Soissonnais, au Nord, au Sud et à l'Ouest de Soissons ; le cadre chronologique en est la période 1914-1935.
    Il y est d'abord question des opérations militaires ; de la guerre de mouvement jusqu'en septembre 1914 ; de la guerre de position avec ses tentatives de percée, dont celle de Crouy où le soldat Henri Barbusse fut blessé. ; du retrait stratégique opéré par les Allemands en mars 1917 en vue de raccourcir la ligne de front ; de l'offensive allemande de mars 1918 et de la contre-offensive alliée qui a suivi.
    Est ensuite étudiée la vie des civils ; après avoir souffert des combats et destructions, ils durent vivre sous administration militaire allemande, subir les réquisitions, les pénuries alimentaires, des brimades et des vexations. Sur la ligne de front, au niveau de l'Aisne, ils furent  évacués ; certains connurent la déportation dans des camps de travail en Allemagne, sans que ce mot ait le même sens que pendant la seconde guerre mondiale ; les moins productifs étaient rapatriés et appelés les boches du Nord à leur retour en France. Des éxécutions sommaires et des destructions volontaires, provoquées par la crainte allemande des francs-tireurs, se produisirent. L'auteur rappelle cependant les éxagérations de la propagande alliée : les Allemands n'étaient pas aussi barbares qu'elle le prétendait,et finalement pas plus que les autres ; par exemple ils enterraient les morts français dans les mêmes cimetières et de la même manière que les leurs.
     Est également envisagée la vie des soldats, leur stratégie de survie, le "Live and let live", ces trèves tacites conclues entre eux pour augmenter leurs chances de survie ; la contrainte à laquelle la hiérarchie eut recours : à Vingré, en décembre 1914, six soldats furent fusillés pour l'exemple alors qu'ils s'étaient repliés, non de leur propre chef mais sur ordre d'un lieutenant ; ils furent réhabilités dès 1921 et eurent droit à un monument commémoratif en 1925 ; c'est également dans ce secteur qu'un autre soldat refusa de porter un pantalon maculé de sang et fut éxécuté en 1915.
    Dans cette partie du front se déroulèrent aussi des mutineries, en avril 1917, à Ambleny et Coeuvres. Comme sur le Chemin des Dames, au même moment, des soldats réclamèrent une amélioration de leurs conditions de vie, une meilleure nourriture, plus de repos, plus de permissions, la fin d'offensives meurtrières et inutiles ; ils défilèrent avec le drapeau rouge, au son de l'Internationale, avant d'être évacués, réprimés : les "meneurs" furent arrêtés, 17 condamnés à mort, 1 éxécuté et les moins impliqués déportés en Indochine et Algérie.
    A la fin du livre sont abordés la recherche des morts et leur enterrement, la reconstruction et l'érection de monuments commémoratifs essentiellement patriotiques comme partout ailleurs (ceux de Cuise-la-Motte, de Pierrefonds qui ne manquent pas d'originalité)
    Voilà un livre très utile et riche en informations pour tous ceux qui veulent avoir une connaissance approfondie de la Grande Guerre dans une région particulière, en l'occurence dans le Soissonnais.

Editeur : Le trotteur ailé
ISBN : 9782917778210
Prix : 14,60 euros

 

Coup de coeur de Pascal

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 09:32

coups tordus et traits de génieDans ce roman policier pour la jeunesse, on suit les tribulations de Victor et de son grand-père. L'enfant de dix ans se retrouve à Florence pour un week-end et il va se transformer en détective - sauvant la réputation de son grand-père et démasquant du même coup des marchands d'art véreux.
On apprécie le ton de cet enfant- sans mièvrerie, bon élève sans pour autant "avoir la grosse tête", plein de vie et de malice et la personnalité de son grand-père, fin,élégant,cultivé. On aime aussi la complicité qui les lie et qui les rend encore plus attachants.
A faire lire aux enfants de " 10 à 110 ans" en particulier à ceux qui s'apprêtent à découvrir Florence ou qui veulent mieux connaître cette ville et Michel-Ange.
On attend d'autres aventures de Victor qui a bien des atouts pour déjouer toutes sortes de pièges !

  

Auteurs : Emilie Fort-Ortet et Laurent Jouin

Editions : Oskar

EAN : 9791021401945

Prix : 12,95 euros

 

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article