Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 21:55

La-crypte-des-capucins-Joseph-Roth.jpg   Avec son précédent roman, La marche de Radetzky, La crypte des 
capucins
forme un dyptique et un grand roman historique.
   Joseph Roth y réussit un exercice très difficile : insérer des 
histoires individuelles dans la grande Histoire collective ; et ce de 
façon crédible et vivante. Les grands évènements ne sont évoqués que 
s'ils interfèrent avec ceux de la vie des individus ; la déclaration de 
guerre en juillet 1914 entraîne la faillite d'un patron de café à la 
frontière austro-russe en Pologne ; l'écrasement du mouvement ouvrier 
autrichien par gouvernement et armée le 12  février 1934 n'est relaté 
que pour expliquer l'enterrement d'un personnage communiste victime de 
cette sanglante répression...
   Roth s'y fait aussi analyste historique par la voix de son 
personnage principal, le comte François-Ferdinand Von Trotta-le roman 
est écrit à la première personne du singulier. Quand il écrit son roman 
en 1938, il est " minuit dans le siècle" : la réaction sociale et 
politique, les nationalismes les plus étroits triomphent partout en 
Europe et en particulier en Autriche. En mars 1938, avec l'Anschluss, 
celle-ci passe  sous domination nazie. Pour l'auteur c'est une 
catastrophe qui vient de la destruction de l'empire austro-hongrois en 
1918 ; cet empire qui parvenait à faire vivre ensemble des peuples 
différents s'était montré incapable de se réformer en faisant une place 
aux Slaves ; et ce par la faute des nationalistes allemands.
   Que l'on souscrive totalement ou pas à cette analyse, que l'on 
partage ou pas l'attachement de Roth à la monarchie des Habsbourg voilà 
une lecture stimulante dans cette Europe du XXIème siècle qui semble à 
nouveau "détraquée par le nationalisme".

EAN : 9782757817957
Edition : Points
Prix : 5,99 euros

 

Coup de coeur de Pascal

Partager cet article

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article

commentaires