Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 15:32

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 09 Juin : 20h30
Samedi 10 Juin : 20h30
Dimanche 11 juin : 15h30

tarif 10 euros

Réservations au 09 81 35 69 53

Rendez-vous à la SUCRERIE DE FRANCIERES 

 

 

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 08:11

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
10 mai 2017 3 10 /05 /mai /2017 18:26

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 18:15

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 10:26
Au théâtre du Lucernaire, Le Révizor de Gogol

Représenté en août dernier au Potager des Princes de Chantilly, Le Révizor de Gogol se joue jusqu’au 11 octobre prochain au Théâtre du Lucernaire. C’est l’occasion de passer une excellente soirée. Dans une province reculée de Russie, une petite ville, rongée par la corruption vivote. Tout est bouleversé quand on croit reconnaître en un jeune pensionnaire de l’auberge un inspecteur du Tsar. Après la panique et le désespoir viennent l’aplatissement et l’espoir de corrompre le jeune inspecteur…qui n’en est pas un et va profiter de l’aubaine.

On rit des quiproquos, du jeu drôle et nerveux des acteurs, on apprécie le décor sobre et la mise en scène subtile, on savoure l’actualité d’une pièce où l’argent a le dernier mot !

Théâtre du Lucernaire

53 Rue Notre Dame des Champs

75 006 Paris

01 45 44 57 34

Du 26 août au 11 octobre

Du mardi au samedi à 20 h

Le dimanche à 17 h

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 10:00

Expo-Daniel-Levigoureux.jpg

On peut voir une magnifique exposition à la salle Saint Pierre des Minimes jusqu'au 14 septembre prochain .
Daniel Levigoureux, ancien professeur aux Beaux-Arts d'Amiens, a étudié le vitrail et s'est ensuite consacré entièrement au dessin et à la peinture qu'il n'a plus quittés.
Pas de personnages sur ces oeuvres mais des paysages - campagne picarde, bords de mer, façades ,rues- où il donne la première place au trait, à la lumière, aux volumes , aux pleins et aux creux créés par l'ombre et le soleil.

On pense à E.Hopper en regardant ses toiles  - au vide qui ne demande qu'à être habité.
Le dimanche 14 septembre à 15 heures le peintre donnera une conférence sur le thèmes suivant : "Pourquoi peindre encore le paysage aujourd'hui ? "

On peut aussi consulter son site :

www.daniel-levigoureux.com/blog/

 

La salle Saint Pierre des Minimes sest ouverte du mardi au dimanche de 14 à 18 heures.
Entrée libre.

 

Coup de coeur de Cécile

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 15:20

deux jours et une nuit film    Avec "Deux jours et une nuit", tout en plans-séquences, les frères Dardenne ont réalisé un nouveau film social.
    Il repose tout entier sur une histoire tristement banale de nos jours : un petit patron est à la tête d'une entreprise d'une vingtaine de salariés ; il constate qu'avec une personne de moins il peut produire autant de panneaux solaires et augmenter son profit ; il décide donc de licencier une ouvrière mais donne le "choix" au personnel de maintenir l'emploi en échange de l'abandon d'une prime de 1000 euros.
    Durant deux jours et une nuit, l'héroïne, qui se remet d'une dépression et est soutenue par son mari ainsi que par une amie qui travaille avec elle, démarche ses collègues afin d'obtenir d'eux qu'ils votent pour cette solution...Elle se trouve alors confrontée à toutes les attitudes : l'individualisme qui peut déraper jusqu'à la violence, la mauvaise conscience qui se transforme en solidarité...Mais dans le meilleur des cas une solidarité qui débouche sur une renonciation à son dû, au produit de son travail.
    Donc au final, un film tragique qui s'enracine dans des conditions sociales abjectes, "La guerre de tous contre tous", et qui ne nous semble pas nourrir une quelconque espérance collective d'en sortir.

 

Sélection de Pascal


    

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 08:19

   Last-days-of-summer.jpg Distribué en ce moment en France et, par chance dans nos provinces reculées, Last days of summer est basé sur un roman de Joyce Maynard, publié aux USA en 2009.
    L'on est dans les derniers jours de l'été, à la veille d'une rentrée scolaire, dans le Sud des USA ; l'on est en 1987, dans un monde sans écrans plats, sans ordinateurs, sans téléphones portables ; où l'on écoute encore des vinyles. Un jeune garçon, Henri, vit seul avec sa mère Adèle, dépressive et agoraphobe ; il joue auprès d'elle un rôle qui n'est pas le sien : celui de compagnon. Ils décident de sortir faire des courses et le "hasard" les fait entrer en relation avec un prisonnier qui est en cavale, Frank. Celui-ci va leur permettre, pour l'une de redonner du sens à son existence, pour l'autre de retrouver un rôle qui correspond à son âge...
     Le film, incontestablement mélodramatique sans sombrer dans la "guimauve", ménage le suspense et aborde des thèmes aussi variés que la criminalité, la justice, le désir, l'amour, l'adolescence, les conséquences psychologiques et familiales de fausses couches à répétition, de la naissance d'un mort-né-un thème assez peu abordé au cinéma à notre connaissance.
    C'est un film que certains diront réactionnaire parce que la répartition sexuelle des rôles y est bien traditionnelle ; et aussi naïf parce que les personnages principaux sont bons. Mais après tout la vocation d'une oeuvre d'art n'est pas d'être un manifeste féministe et de nous présenter des hommes systématiquement mauvais par souci de réalisme ; la bonté existe aussi.
    Donc, au final, un très beau film qui donne le moral et est servi par d'excellents acteurs et actrice dont la très belle Kate Winslet.

Coup de coeur de Pascal

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:09

Jaure-s-Affiche-L150px_small-Jean-Jaures.jpgL’exposition « Jaurès » se poursuit jusqu’au 2 juin aux Archives nationales, hôtel de Soubise à Paris (pas très loin de Beaubourg) 60, rue des Franc-Bourgeois (métro Rambuteau).  Du lundi au vendredi de 10h à 17h30. Samedi et dimanche de 14h30 à 17h30. Fermée le mardi et les jours fériés. Entrée 4€, gratuit pour les enseignants.

 

Le parcours de l’exposition débute par une projection d’images de l’actualité européenne de l’époque, à 360 degrés, des derniers jours de la vie de Jaurès jusqu’à son assassinat au café du croissant le 31 juillet 1914 à 21h40, d’un tir en pleine tête par Raoul Villain. Nous sommes immergés dans la tragédie qui se prépare, laissant présager l'hécatombe de millions d’hommes et de femmes.

 

La suite de la visite se fait plus calme en évoquant l’enfance dans le Tarn, la famille de Jaurès puis ses études brillantes jusqu’à sa nomination en tant que professeur de philosophie. Tous les aspects de l’homme public sont traités : du Jaurès journaliste à « la Petite République »  au fondateur de « l’Humanité ». Du Jaurès orateur exemplaire et redouté au Jaurès participant aux grandes batailles parlementaires sur la séparation des Eglises et de l’Etat (1905) et aux questions militaires (l’Armée Nouvelle).  Le Jaurès militant de la condition ouvrière n’est pas oublié avec des documents d’époque sur les mineurs de Carmaux, les verriers d’Albi, les paysans et les viticulteurs, les voyages militants à travers la France.

 

Enfin l’exposition s’achève sur les valeurs jaurésiennes de Justice, de Fraternité et de Pacifisme avec en dernier écho la voix émouvante de Jacques Brel ‘Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?’

 

En sortant de l’exposition nous sommes un peu étourdis par l’ampleur du sujet traité, par les facultés intellectuelles du personnage ; pourtant quelles sont les idées principales de Jaurès ? Son attention à la question sociale, le lien entre socialisme et démocratie, l’importance de l’internationale, mais aussi de la défense nationale, l’éducation de la jeunesse à la justice, à la paix, à des valeurs morales…

 

L’exposition est une porte d’entrée dans l’œuvre du grand homme dont on connait le nom, l’image mais si peu les écrits.

Dépêchez-vous de venir découvrir l’exposition avant le 3 juin 2014 pour après avoir envie de lire Jaurès.

                                   

  Coup de coeur de Yannick                 

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 20:31

vers70_raffaelli_001f--1--Clemenceau.JPG    L'exposition, "Clémenceau, le Tigre et l'Asie" donne à voir le "grand homme" à travers le prisme de son intérêt passionné pour l'Asie et ses civilisations.
    En deux tableaux (un portrait réalisé par Manet et un autre par Raffaelli en 1885 et le montrant en train d'haranguer un auditoire lors d'une réunion électorale), quelques effets personnels (une paire de lunettes...) et un discours dénonçant la politique coloniale de Jules ferry, le personnage est campé : c'est un républicain radical, attaché à la Liberté, à l'Egalité et à la Fraternité ; c'est aussi un antiraciste et un anticolonialiste virulent contestant la prétention de la "race blanche" européenne à civiliser le reste du monde, un pourfendeur de l'antisémitisme qu'il fut incontestablement au moment de l'Affaire Dreyfus.
    On découvre alors un Clémenceau passionné par les civilisations asiatiques, leurs religions, leurs cultures au sens large du terme... Sont rassemblés et exposés de multiples objets et oeuvres d'art collectés au cours de sa vie : des estampes réalisées par Hokusai (célèbre pour ses représentations du Mont Fuji), Hiroshige, Utamaro et Toshusai Sharaku, toutes datant des XVIIIème ou XIXème siècles ; cinq cent kôgô (petites boîtes contenant de l'encens et utilisées lors de la cérémonie du thé), des bouddhas, des laques, des céramiques et des masques de théâtre...
    Toute une salle est consacrée au voyage de six mois qu'il fit en Asie après s'être retiré, contraint et forcé par une défaite électorale, en 1920 : des photos le montrant avec des tigres morts à ses pieds ou devant de gigantesques bouddhas illustrent ses pérégrinations asiatiques.
    Est également mis en lumière un Clémenceau écrivain qui n'a toutefois pas laissé de traces indélébiles dans l'histoire de la littérature. Il fut l'auteur en 1901 d'une pièce de théâtre, "Le voile du bonheur" ; un mandarin de quarante cinq ans, aveugle, est très heureux : il vénère son empereur, croit que sa femme l'aime et que son fils le respecte ; un médecin occidental le guérit et il découvre que sa femme le trompe et que son fils se moque de lui ; il préfère retrouver l'obscurité et se crève les yeux.
    Le parcours se termine par l'évocation de ses relations avec les impressionnistes et son combat pour les défendre : il réussit à faire entrer "l'Olympia" de Manet au Louvre et à faire acheter la série des Nymphéas" de Monet par l'Orangerie.
    Voici donc une exposition passionnante qui permet d'aborder un continent, des civilisations et un personnage important de notre histoire nationale ; mais au final il s'agit d'un portrait tronqué et sélectif (certains diront que le sujet était circonscrit) qui occulte complètement "le premier flic de France" ; président du conseil et ministre de l'intérieur de 1906 à 1909, il réprima de façon sanglante les mouvements sociaux importants que furent la révolte des vignerons de 1907 et les grandes grèves ouvrières du Nord de la France ; il s'agit d'un portrait tronqué et sélectif  qui occulte également " le père la Victoire" jusqu'au boutiste qui s'opposa à toute négociation visant à hâter la fin de la guerre et qui fut l'un des artisans principaux du traité de Versailles, lequel fut en partie à l'origine des deux tragédies qui allaient suivre.

 

Pascal


Exposition : "Clémenceau, le Tigre et l'Asie"
                       Musée national des arts asiatiques Guimet
                       6 place d'Iéna Paris 16ème
Dates: du 12 mars au 16 juin 2014

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Nous avons aimé
commenter cet article