Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 22:23

    Vaincue-par-la-brousse_.jpgAprès la Deuxième Guerre Mondiale, Doris Lessing (1919-2013) quittait la Rhodésie, colonie anglaise qui est aujourd'hui le Zimbabwe ; elle emportait dans ses bagages son premier roman, "vaincue par la brousse" ("The Grass is singing") ; elle le fera publier en 1950 en Angleterre.
    En guise d'ouverture, un article de journal relatant de façon froide un "meurtre mystérieux" : "Mary Turner, épouse de Richard Turner, fermier à Ngessi, a été trouvée assassinée hier matin, dans la véranda sur le devant de la maison. Le domestique, qui a été arrêté, avoue être l'auteur du crime dont les mobiles n'ont pas encore été découverts. On présume que le meurtrier a agi poussé par la cupidité".
    Tout le "travail" de la romancière va alors être de reconstituer la généalogie de la tragédie.
    La victime, Mary, est la fille d'un salarié des chemins de fer, ivrogne et d'autant plus raciste qu'il est lui-même opprimé. Elle parvient à s'extraire de ce milieu et à trouver un poste d'employée de bureau en ville. Mais alors que sa condition de célibataire lui convient parfaitement, elle se marie, sous la pression conformiste de ses amis, avec un petit fermier blanc, Dick Turner, et part vivre dans le veld (la campagne en afrikaans)
    Là, elle se retrouve dans un décor de tragédie où tout concourt à priver les individus de leur volonté : la chaleur éttouffante, le cri strident des cigales qui pèse sur les nerfs, la malaria qui mine les organismes, des relations inhumaines entre races-classes qui peuvent à tout moment déraper dans la brutalité : quand un Blanc plonge "son regard dans les yeux d'un Noir, il découvre un être humain" et alors "le sentiment de sa propre culpabilité toujours latent en lui se traduit par un réflexe qui le conduit au coup de fouet".
    Et dans ce contexte, elle entreprend une relation impossible, parce qu'humaine, avec un domestique noir, Moïse ; les seules issues possibles sont alors la folie, la fuite qu'elle n'envisage même pas réellement ou la mort à laquelle elle se résigne.
    Ce roman montre bien que l'être humain ne peut se réaliser en tant que tel que dans des relations non oppressives et vraiment humaines avec ses semblables, et par là c'est un cri d'humanité.

Edition :  j'ai lu.
ISBN : 978-2290070796
Prix : 7,10 euros

 

Coup de coeur de Pascal

Partager cet article

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article

commentaires