Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 17:19

Ma-vie-Maurice-Reich-Ranicki.jpgMarcel Reich-Reinicki est un "homme-livre"  décédé le 18 septembre dernier. Surnommé le "pape de la littérature allemande", il a pendant près de 50 ans accompagné de ses critiques toute la production littéraire du pays.

     Dans son autobiographie publiée en 2001 chez Grasset, il raconte son parcours de façon passionnante. Né en Pologne en 1920 dans une famille juive qui s'installera bientôt à Berlin, il va connaître en pleine jeunesse la montée du nazisme et les persécutions antisémites. Il nous livre cette période de l'histoire étroitement mêlée à son émerveillement décisif pour la littérature - étudiée au lycée ,elle  prenait toute son importance lors des représentations des classiques interprétés par des acteurs inoubliables.

Expulsé d'Allemagne et de retour en Pologne, il se retrouve interprète pour le "conseil juif" (Judenrat) dans le ghetto de Varsovie. Ses évocations en sont saisissantes : au milieu des moribonds, des cadavres, il conte le salut par la musique (on se retrouve dans une chambre autour d'un gramophone pour écouter du Chopin) ou par la poésie. Il "tiendra", dira-t-il, grâce aux poèmes d'Erich Kästner.
C'est encore à la littérature qu'il devra sa liberté. Ayant fui le ghetto, réfugié avec sa femme dans la cave d'une ferme, il offre chaque soir à ses hôtes frustes le récit des romans de Tolstoï. Livrées en épisodes, ces histoires passionnent le couple de paysans et le tiennent en haleine.
    C'est ensuite toute l'après-guerre qui est nous est racontée et son métier de critique littéraire - en Allemagne de l'Est puis de l'Ouest après bien des tribulations. On assiste à sa première rencontre avec Günter Grass - ni l'homme ni son projet littéraire (le futur Tambour) ne le convainquent au premier abord et ne lui laissent présager une grande carrière pour le futur Prix Nobel !
Bref, il n'est pas besoin d'être germaniste pour apprécier cette oeuvre, vibrant hommage à la littérature et à sa nécessité. Chacun y trouvera de quoi alimenter sa réflexion : l'amateur d'Histoire, le passionné de littérature ou plus largement le curieux, désireux de connaître un homme pour qui lire et  vivre n'ont pas été de vains mots.

 

 

Ma vie, Marcel Reich-Ranicki

 

Traduction en français : B.Lorthoraly et J.Etoré

 

Edition Grasset

 

Prix : 22,50 euros

 

Coup de coeur de Cécile

Partager cet article

Repost 0
Published by Graines de mots - dans Coups de cœur
commenter cet article

commentaires